Le Tandem à Vevey, pour partager plus qu’un excellent repas

On ressort du Tandem avec l’agréable sensation d’avoir vécu quelque chose de différent. Une expérience de partage, d’où le nom de cet établissement de Vevey signé de l’hyperactif et télévisuel Benjamin Luzuy, une kyrielle de restaurants à son actif en Suisse romande. Partage, d’abord, autour d’un cocktail (gros choix), d’un verre de vin (essentiellement suisse ou français) ou d’une bière dans une ambiance jeune et décontractée, avant le repas du soir. C’est le choix que nous avons fait, plutôt que le midi et ses trois plats du jour. Partage avec le personnel ensuite, très prévenant, très pro, international.

De la cuisine de la cheffe Joana Fernandes et de son second Orlando Ribeiro proviennent des échanges en français provençal, anglais ou portugais. L’échange continue devant les assiettes: on se partage le contenu et chaque plat est propice à un dialogue nourri. Passé les considérations sur la présentation très soignée, on se plaît à partir à la découverte des saveurs de ces «assiettes tandem» de mezzés et tapas version locale. L’alchimie parfaite du cabillaud confit, du colrave, du daikon lait et de l’ail des ours laisse augurer du meilleur. Ainsi du maigre (un poisson de mer) curé (une façon de l’apprêter) et de son noodle de colrave, kéfir de gruyère et shiso.

À chaque fois, le même croquant et la même fraîcheur des produits locaux. S’y associent la tendresse veloutée de la viande ou du poisson. La matière grasse est réduite au minimum. On s’oriente ensuite vers le bao (petit pain cuit à la vapeur) de bœuf, rhubarbe, ail des ours et le bolo de caco (spécialité de Madère), oignons en escabèche, onglet de bœuf, gruyère. Deux plats tout en végétal pour finir. Le brocoli à la plancha, lait d’amande, citron, poutargue. Et, coup de cœur, pour les yeux et le palais, les frites Orlando, cylindres de mille-feuilles de pomme de terre, dans leur sauce barbecue maison. Pour l’exercice, nous nous sommes plu à tout essayer, d’autant que les portions ne sont pas pour les plus gros mangeurs. Un plat de moins allégera une note qui grimpe assez vite, mais qui est gage d’une belle expérience. (24 heures)

Lire l’article